1. Tomber enceinte
  2. Difficultés à concevoir
  3. Problèmes de fertilité

Normes de vérification des faits de Flo

Tout le contenu de Flo Health respecte les normes éditoriales concernant l'exactitude des données de santé, la crédibilité des données et la mise à jour des informations. Pour savoir ce que nous faisons pour vous fournir les données les plus fiables sur la santé et le mode de vie, consultez nos principes de vérification du contenu.

Tests de fertilité pour les femmes : un aperçu complet

La plupart des femmes qui ont du mal à tomber enceintes arrivent à vivre une grossesse normale et à mettre au monde un bébé en bonne santé.

Voici une règle de base à garder à l’esprit : la plupart des couples concevront un enfant dans l'année qui suivant l'arrêt du contraceptif. Si vous avez moins de 35 ans et qu'à la fin de ce délai toutes vos tentatives se sont soldées par un échec, il est temps de consulter un médecin (mais faites-le après six mois si vous avez plus de 35 ans).

Comment tester la fertilité féminine : types de tests

1. Examen du col de l'utérus.

Si vous n'arrivez pas à tomber enceinte, votre médecin peut vous suggérer un test de dépistage du col de l’utérus (parfois appelé frottis cervico-vaginal, test Pap). Ce test permet de s'assurer de l'absence de cancer du col de l'utérus ou d'autres problèmes du col utérin pouvant nuire à la fertilité. Vous pouvez par ailleurs discuter de la possibilité d'un test de dépistage des MST avec votre médecin.

2. Test d'ovulation.

Des troubles de l'ovulation empêchent la conception de certaines femmes. Ceci peut être évalué à l'aide de kits de test d'ovulation disponibles dans les cliniques et pharmacies.

Un test d'ovulation peut être fait à la maison avec précision et en toute sécurité. Le principe de ces kits est d'analyser votre urine pour vérifier la présence d’hormone lutéinisante, dont la concentration augmente au cours des 24 à 36 heures précédant l’ovulation. Certains d'entre eux détectent également l'augmentation d'œstrogène avant l'ovulation.

3. Échographie.

Il porte souvent le nom d'échographie transvaginale. Pour le pratiquer, votre médecin introduit un appareil à ultrasons semblable à une baguette dans votre vagin. Il pourra, grâce à cet appareil, examiner des images très détaillées de votre utérus et de vos ovaires afin de détecter toute anomalie. L'échographie fait appel à des ondes sonores totalement inoffensives.

4. Test sanguin de dépistage des hormones.

Certaines hormones peuvent avoir un impact sur la fertilité d'une femme. Une analyse de sang pour mesurer la progestérone peut par exemple être utile en cas de fertilité réduite. Les médecins utilisent ce test pour déterminer si vous avez des niveaux normaux de progestérone en circulation indiquant que l'ovulation a lieu.

Votre sang peut également être analysé pour doser l'hormone folliculo-stimulante (FSH) qui favorise la libération des ovules de vos ovaires. Les femmes ayant des problèmes de fertilité présentent parfois des taux de FSH excessivement élevés.

Si vous avez du mal à concevoir, votre médecin peut également vous suggérer un test de dosage sanguin de la prolactine, une hormone. La prolactine est essentiellement produite dans l'hypophyse et peut bloquer l'ovulation si son taux est trop élevé.

Une tumeur hypophysaire bénigne ou un prolactinome peut entraîner un taux élevé de prolactine dans le sang (hyperprolactinémie). Les troubles de la thyroïde et certains médicaments réduisant le taux de dopamine peuvent également être à l'origine d'une hyperprolactinémie.

5. Hystérosalpingographie.

La santé de votre utérus, de vos ovaires et de vos trompes utérines est un facteur important lorsque vous essayez de tomber enceinte. Votre médecin peut vous proposer un certain nombre de façons de vérifier si des problèmes affectent votre système reproducteur. L'hystérosalpingographie (HSG), parfois appelée « hystérographie », est un examen radiographique qui permet au médecin d'examiner l'état de vos trompes utérines.

6. Hystéroscopie.

Un hystéroscope est un tube fin flexible muni d’une caméra à une extrémité. Votre médecin fera passer ce tube dans le col utérin et dans l’utérus pour procéder à l'hystéroscopie. Il pourra alors visualiser la structure de votre système reproducteur et prélever des échantillons de tissus afin de vérifier la présence d'anomalies.

7. Cœlioscopie.

Si vous et votre médecin décidez qu'une cœlioscopie, aussi appelée laparoscopie, est nécessaire, de petites incisions seront pratiquées dans votre ventre et permettront l'introduction d'une caméra et d'autres instruments d'observation.

Cette procédure permet un examen approfondi de l’ensemble du pelvis et peut permettre le traitement d'affections telles que l’endométriose (une maladie au cours de laquelle la paroi interne de l’utérus, appelée endomètre, se développe en dehors de l’utérus).

Autres types d'examens

En plus des examens décrits ci-dessus, plusieurs autres évaluations peuvent fournir des informations sur les raisons pour lesquelles vous rencontrez des difficultés à concevoir : 

  • La surveillance de la température corporelle de nombreuses femmes est un moyen simple de vérifier si elles ovulent. 
  • Les troubles de la thyroïde et un certain nombre d'autres pathologies peuvent entraîner l'absence ou l'irrégularité de l'ovulation. Votre médecin vous orientera vers les examens appropriés s’il devait penser qu’une pathologie de ce type peut affecter votre capacité à concevoir.
https://www.nhs.uk/conditions/infertility/diagnosis/

https://www.nhs.uk/conditions/cervical-screening/

Lire la suite