Ressources documentaires
Ressources documentaires
Calculateurs
Calculateurs
À propos
À propos
    Flo à deux est disponible ! Découvrez pourquoi et comment l’utiliser

    Pourquoi les règles changent-elles de date ?

    Publié le 14 décembre 2022
    Fait vérifié
    Révision médicale par Dre Amanda Kallen, Professeure associée de gynécologie obstétrique et d’endocrinologie de la reproduction, Yale University School of Medicine, Connecticut, États-Unis
    Normes de vérification des faits de Flo

    Tout le contenu de Flo Health respecte les normes éditoriales concernant lexactitude des données de santé, la crédibilité des données et la mise à jour des informations. Pour savoir ce que nous faisons pour vous fournir les données les plus fiables sur la santé et le mode de vie, consultez nos principes de vérification du contenu.

    Il est possible que les règles changent de date, voire qu’elles s’arrêtent complètement, à cause de nombreux facteurs. Stress au travail, passage à une nouvelle pilule contraceptive… On vous explique tout.

    Au cours de la vie d’une femme, ou toute personne ayant ses menstruations (c'est-à-dire à partir des premières règles jusqu’à la ménopause), on estime qu’elles auront 450 cycles menstruels, ce qui équivaut à environ six années. Vous pouvez vous habituer à la longueur de votre cycle, à l’abondance des saignements ou aux produits que vous utilisez, mais les règles sont tout sauf prévisibles.

    Le moindre changement dans le taux d’hormones sexuelles ou dans votre condition physique, et c’est tout un cycle qui est chamboulé : des règles 2 fois dans le mois, une absence de règles ou un cycle déréglé. Dans la majorité des cas, ce phénomène n’est pas inquiétant, mais en parler à votre médecin pourra vous rassurer.

    Nous avons demandé à des spécialistes de nous expliquer quelles sont les raisons les plus fréquentes d’un changement de date des règles, comment la contraception peut avoir des effets sur le cycle et quand demander un avis médical.

    Quelles sont les causes d’un changement de date de ses règles ?

    « De nombreuses raisons peuvent expliquer une variation du cycle menstruel et ces raisons sont propres à chaque être humain », indique à Flo Dre Sarah Welsh, gynécologue au National Health Service (NHS) et fondatrice de HANX.

    « Le cycle menstruel étant un mécanisme dynamique, différents facteurs peuvent avoir des effets sur sa durée, l’abondance des saignements ou sur les symptômes. Si votre cycle varie, ou que vous n’en avez pas du tout, c’est votre corps qui vous signale qu’il n’est pas prêt pour une grossesse. Cela peut être dû à un grand stress, à une fluctuation de poids importante ou à un autre changement dans votre hygiène de vie. »

    Avoir ses règles pendant 2 jours au lieu de 5, 2 fois dans le mois, une semaine avant la date prévue ou à une date complètement différente peut être assez préoccupant. En général, de légères variations comme celles-ci n’annoncent rien de grave. Mais en cas de doute, parlez-en à votre médecin.

    Télécharger une application de suivi des règles, comme Flo, peut vous aider. Vous aurez une meilleure vue d’ensemble de votre cycle menstruel et comprendrez les causes qui se cachent derrière des règles en avance ou en retard.

    Les causes d’un changement de date de ses règles : le cycle menstruel, c’est quoi ?

    Le cycle menstruel désigne le processus par lequel votre corps passe tous les mois, depuis la puberté. Chaque période de règles est différente. Si vous demandez à vos proches, vous constaterez que leur cycle est probablement plus long ou plus court que le vôtre. De même, après un accouchement ou à l’arrivée de la ménopause, vous remarquerez également un changement dans votre cycle.

    La durée moyenne chez une femme ou une personne avec un utérus qui ne prend pas de contraception hormonale se situe entre 21 et 35 jours. Cette durée comprend le nombre total de jours entre le début de deux périodes de règles.

    Le premier jour du cycle menstruel coïncide avec le premier jour des règles. Ces dernières peuvent durer entre deux et sept jours, et pendant cette période, les taux des hormones sexuelles (l’œstrogène et la progestérone) sont bas.

    À la fin de vos règles (autour du 5e ou du 7e jour du cycle), le corps se prépare à libérer un ovule, faisant augmenter le taux d’œstrogène. Cette étape, appelée l’ovulation, se trouve généralement en milieu de cycle. Vous pouvez calculer votre date d’ovulation grâce à cet outil.

    Une fois que l’ovulation a eu lieu, le taux de progestérone augmente à son tour, préparant le corps à une éventuelle grossesse, et ce même si l’ovule n’est pas fécondé. La muqueuse de l’utérus (l’endomètre) s’épaissit afin d’accueillir l’ovule fécondé, s’il arrive à s’implanter dans la muqueuse. Cette étape prend le nom de « nidation ».

    Si l’ovule n’est pas fécondé ou s’il n’arrive pas à s’implanter, l’endomètre se détruit et les règles commencent. C’est le début d’un nouveau cycle.

    « Votre cycle menstruel est un système fragile, où chaque hormone a un impact sur la période des saignements, les symptômes et l’ovulation », explique Dre Welsh.

    Les causes d’un changement de date de ses règles : comment la contraception peut-elle avoir un effet sur le cycle menstruel ?

    Le cycle menstruel évolue d’une certaine manière à mesure que votre corps libère différents taux d’œstrogène et de progestérone. Si quelque chose vient interrompre le flux naturel de ces hormones, vos règles peuvent être en avance ou en retard. La contraception hormonale fait partie des causes.

    « Un changement de contraception peut avoir un impact sur la durée de votre cycle, indique Dre Welch. Si vous venez de commencer une pilule contraceptive hormonale ou l’avez remplacée par une autre, ce remplacement peut avoir un impact considérable sur vos hormones. De même, si vous venez de vous faire poser un implant ou un dispositif intra-utérin (DIU), vous remarquerez sûrement des variations. »

    La contraception hormonale introduit différents taux de progestérone, d’œstrogène, voire les deux, dans le corps. Une étude publiée dans la United States National Library of Medicine (la bibliothèque américaine de médecine) a mis en évidence que la contraception hormonale pouvait dérégler les règles, les rendre irrégulières, provoquer du spotting ou une absence de règles. En effet, la NHS a ajouté la pilule contraceptive et le dispositif intra-utérin dans la liste des causes récurrentes de règles irrégulières, qu’elles soient en avance ou en retard.

    Dre Welsh déclare qu’une grossesse, une fausse couche et la pilule du lendemain peuvent également modifier les taux d’hormones et ainsi avoir un impact direct sur votre cycle menstruel.

    Alors que l’absence de règles n’est pas forcément un indicateur de grossesse, la grossesse est tout de même « l’une des causes les plus fréquentes d’absence de règles (à condition que du sperme soit entré dans le vagin). C’est pourquoi je conseille toujours d’effectuer un test de grossesse. »

    Elle ajoute : « La pilule du lendemain ou un avortement peut faire fluctuer votre cycle en raison de changements dans les taux d’hormones. Par ailleurs, si vous avez vécu une fausse couche, la date de vos règles peut varier. Une personne peut ignorer qu’elle est enceinte et avoir des règles en retard et plus abondantes. C’est le signe d’une fausse couche. »

    Si vous constatez les premiers signes d’une fausse couche, comme des saignements, des douleurs au ventre ou des crampes, faites appel à une assistance médicale immédiatement.

    Une fausse couche peut être un moment douloureux. Sachez-le, vous n’êtes pas la seule personne dans ce cas. Il existe de nombreuses associations qui peuvent vous apporter leur aide, notamment l’AGAPA, Nos tout Petits (dans différentes villes de France) et l’association Petite Emilie. Vous pouvez aussi contacter le ou la psychologue de votre maternité pour savoir si cette dernière possède un groupe de parole.

    Les causes d’un changement de date de ses règles : en quoi la santé mentale a-t-elle un lien avec le cycle menstruel ?

    La contraception hormonale et la grossesse ne sont pas les seules raisons qui expliquent une fluctuation des taux d’hormones. Votre santé mentale a elle aussi un impact direct sur la durée du cycle menstruel, et même sur les symptômes que vous ressentez.

    « Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la régulation des règles réside dans le cerveau et non pas dans les ovaires », affirme Dre Mary Jane Minkin, gynécologue obstétricienne et professeure clinicienne en gynécologie obstétrique à l’université Yale.

    « C’est l’hypothalamus, situé à la base du cerveau, qui demande aux ovaires de se mettre en route. Il envoie un signal à l’hypophyse qui, à son tour, stimule les ovaires pour qu’ils produisent de l’œstrogène et de la progestérone. Tout est une question d’équilibre. »

    Si le stress s’empare de vous sur une période prolongée, le taux de cortisol, l’hormone du stress, augmentera. Cette hormone est produite par le corps en réaction à l’activation de la réponse « combat-fuite », une réponse instinctive et physiologique qui se présente face à des menaces physiques (être en présence d’un tigre affamé) ou mentales (penser à parler en public).

    Quelle peut être la durée d’un retard de règles causé par le stress ? La recherche a établi un lien entre un taux de cortisol élevé et des saignements irréguliers, voire une absence de règles. Ce phénomène survient lorsque le surplus de cortisol déstabilise l’hypothalamus, la partie du cerveau qui régule la libération d’hormones, et l’empêche de sécréter les hormones sexuelles. Un mois complet sans règles est un effet indésirable récurrent.

    « En fait, c’est comme si votre corps vous disait qu’il n’était pas prêt à accueillir un fœtus sous cette pression, explique Dre Welsh. Le stress a un impact sur les hormones, ce qui entraîne un retard de l’ovulation, du pic de progestérone après l’ovulation et donc des règles. »

    L’étude « Stress and Dysmenorrhoea », publiée par la revue The British Medical Journal en 2004, a constaté qu’un stress accru pendant les règles provoquait des symptômes plus douloureux, comme des crampes. Par ailleurs, une étude de 2015, publiée dans le Journal of Clinical and Diagnostic Research, a dé