Positions sexuelles pour avoir une fille : que dit la science ?

    Mis à jour le 07 décembre 2022 |
    Publié le 21 décembre 2022
    Fait vérifié
    Révision médicale par Dre Amanda Kallen, Professeure associée de gynécologie obstétrique et d’endocrinologie de la reproduction, Yale University School of Medicine, Connecticut, États-Unis
    Normes de vérification des faits de Flo

    Tout le contenu de Flo Health respecte les normes éditoriales concernant lexactitude des données de santé, la crédibilité des données et la mise à jour des informations. Pour savoir ce que nous faisons pour vous fournir les données les plus fiables sur la santé et le mode de vie, consultez nos principes de vérification du contenu.

    Des positions sexuelles en passant par le moment de la conception, il existe de nombreuses croyances autour de l’augmentation des chances de concevoir une petite fille. Il est temps de distinguer les mythes de la réalité en faisant appel à une gynécologue.

    La plupart des futurs parents veulent simplement que leur bébé soit en bonne santé et heureux. Mais dans le cadre d’un sondage de Gallup effectué en 2018 aux États-Unis, 36 % des personnes interrogées ont déclaré préférer avoir un garçon, 28 % une fille et 36 % que cela n’avait pas d’importance à leurs yeux. Alors que certaines personnes déclaraient que le sexe de leur enfant leur était égal, il semblerait que de nombreuses personnes aient encore une idée bien précise de la famille idéale. Mais est-il possible d’influencer le sexe de votre bébé ? 

    L’idée qu’il est possible d’aider Mère Nature dans son entreprise et de concevoir une fille en adoptant certaines positions sexuelles n’a rien de nouveau. Mais que dit la science ? Nous avons demandé à une gynécologue de répondre à cette question.

    Comment Flo peut vous aider?

    Positions sexuelles pour avoir une fille : comment concevoir une fille ?

    Tout le monde possède 23 paires de chromosomes. Une de ces paires de chromosomes détermine notre sexe biologique. Lorsqu’une personne tombe enceinte, le bébé hérite d’un chromosome sexuel de chaque parent.

    L’ovule contient un chromosome X et le spermatozoïde peut contenir un chromosome X ou Y. Le bébé est assigné fille s’il présente deux chromosomes X à la naissance. Le bébé est assigné garçon s’il présente un chromosome X et un chromosome Y. C’est donc le spermatozoïde qui détermine le sexe biologique du bébé. Dans la course des spermatozoïdes pour atteindre et féconder l’ovule, un spermatozoïde avec un chromosome X doit l’emporter pour la conception d’une fille.

    Il est important de noter qu’ici, il faut différencier sexe et genre. Le sexe biologique fait référence au sexe attribué par les médecins à la naissance, en fonction de caractéristiques biologiques définies. Le genre correspond à la perception que l’on a de soi-même. Parfois, le sexe et le genre d’une personne sont les mêmes. Parfois, ils diffèrent et c’est tout à fait normal. 

    Positions sexuelles pour avoir une fille : quelles sont les probabilités d’avoir une fille ?

    Le rapport des sexes, c’est-à-dire le rapport entre le nombre de naissances de filles et le nombre de naissances de garçons est légèrement favorable aux garçons. Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé datant de 2011, environ 49 % des bébés sont des filles et 51 % des garçons. 

    Positions sexuelles pour avoir une fille : la méthode de Shettles

    Si vous faites des recherches sur les positions sexuelles permettant de concevoir une fille, vous tomberez sans doute sur la très controversée « Méthode de Shettles ». Mais de quoi s’agit-il au juste ?

    Dans les années 60, un médecin américain, Landrum B. Shettles, s’est lancé dans l’étude des spermatozoïdes et de leur comportement. Ses découvertes, connues sous le nom de « Méthode de Shettles », ont formé les fondations de son ouvrage à succès How to Choose the Sex of Your Baby (Choisir le sexe de son enfant). Pour en savoir plus, poursuivez la lecture.

    Depuis des décennies, des couples planifient leurs rapports sexuels et adoptent certaines positions sexuelles afin d’augmenter leurs chances de concevoir une fille ou un garçon, malgré les nombreuses preuves indiquant que cela ne fait en fait aucune différence (et bien sûr, le sexe biologique d’un enfant ne correspond pas forcément à son genre). 

    Dre Sara Twogood, gynécologue obstétricienne au Cedars Sinai Medical Group de Los Angeles, déclare que la méthode de Shettles est dépassée et inexacte. « Dr Shettles a bel et bien basé sa théorie sur des données collectées. Donc, d’une certaine façon, il s’agit bien d’une méthode qui se base sur des éléments scientifiques », nous indique-t-elle. « Cependant, de nombreuses études réfutent sa théorie. Aucun élément ne permet de démontrer qu’avoir des rapports sexuels dans une certaine position ou à un certain moment du cycle menstruel augmente les chances d’avoir une fille. »

    Jetons un œil sur les théories de Shettles ainsi que sur d’autres mythes sur la conception, et voyons ce que dit la science à leurs sujets.

    Positions sexuelles pour avoir une fille : les différences entre les spermatozoïdes

    Shettles a observé des spermatozoïdes à l’aide d’un microscope et a indiqué avoir découvert les deux éléments suivants : les spermatozoïdes portant un chromosome X (permettant de concevoir des filles) sont non seulement plus longs que les spermatozoïdes portant un chromosome Y, mais ils survivent également plus longtemps dans des environnements légèrement acides comme le vagin.

    Selon Shettles, les spermatozoïdes portant un chromosome Y se déplacent plus vite, car plus petits et profilés. Cependant, ils survivent moins longtemps, préférant un environnement moins acide que le vagin comme l’utérus ou le col de l’utérus. 

    Vous vous demandez sans doute pourquoi tout cela est si important. Eh bien, si vous voulez avoir une fille, il faut, selon la théorie de Shettles, que vous essayiez d’optimiser les conditions pour qu’un spermatozoïde portant un chromosome X féconde un ovule. Cependant, des études ont depuis démontré que les spermatozoïdes portant un chromosome X et ceux portant un chromosome Y ne sont pas si différents que ça.

    En effet, la procréatique a énormément évolué au cours des 50 années qui se sont écoulées depuis la publication du livre de Shettles. Désormais, les scientifiques utilisent l’analyse assistée par ordinateur au lieu de microscopes pour étudier de près les spermatozoïdes. Des scientifiques ont ainsi découvert qu’il n’existe aucune différence structurelle entre les spermatozoïdes portant un chromosome X et ceux portant un chromosome Y, si ce n’est leur ADN (le chromosome qu’ils transportent). 

    Positions sexuelles pour avoir une fille : planifier les rapports sexuels pour concevoir une fille

    Shettles pensait également que planifier des rapports sexuels aux alentours du cycle menstruel pouvait avoir un impact sur les chances de concevoir une petite fille. 

    « Selon la théorie de Shettles, les spermatozoïdes portant un chromosome Y se déplacent plus rapidement, car les chromosomes X sont plus longs et lourds que les chromosomes Y », nous explique Dre Twogood. « Les spermatozoïdes avec un chromosome X sont plus tenaces. Par conséquent, avoir des rapports sexuels un peu plus longtemps avant l’ovulation permettrait d’avoir plus de chances d’obtenir un fœtus féminin. »

    Plus précisément, pour augmenter les chances de concevoir une petite fille, Shettles recommandait d’avoir des rapports sexuels juste après les règles et de s’abstenir pendant environ trois jours avant l’ovulation. Ainsi, au moment de l’ovulation, seuls les spermatozoïdes portant un chromosome X (qui vivent plus longtemps que ceux portant un chromosome Y) ont des chances d’avoir survécu.

    Cependant, d’autres scientifiques réfutent cette théorie. Par exemple, le travail effectué par la chercheuse en santé publique Elizabeth Whelan dans les années 70 rejette la méthode de Shettles et suggère même que c’est en fait tout le contraire qui se passe. En effet, Whelan déclarait qu’avoir des rapports sexuels quatre à six jours avant l’ovulation, en d’autres termes, plus proche de la fin des règles, favorisait l’obtention d’un fœtus masculin et non d’un fœtus féminin.

    Dans les années 80, le médecin et épidémiologiste Allen J. Willcox et ses collègues ont étudié les résultats de 192 grossesses chez 221 femmes en bonne santé vivant en Caroline du Nord, aux États-Unis. Leur recherche, publiée en 1995, a permis de démontrer « qu’il n’existe pas de différence systémique entre les rapports sexuels permettant d’avoir un garçon et ceux permettant d’avoir une fille. »

    Ainsi, planifier un rapport sexuel dans l’espoir d’avoir une fille ne se base sur aucun élément scientifique. Ce qui est sûr, c’est qu’avoir des rapports sexuels durant la période de fertilité augmente les chances de tomber enceinte, que ce soit d’une fille ou d’un garçon. Télécharger une appli de suivi des règles et de calcul d’ovulation comme Flo peut non seulement vous aider à comprendre vos pertes vaginales aqueuses, mais aussi à déterminer quand vous avez le plus de chance de concevoir. 

    Positions sexuelles pour avoir une fille : quelles sont celles qui fonctionnent ?

    L’idée que certaines positions sexuelles augmentent les chances de concevoir une fille est répandue. Après tout, Shettles et d’autres personnes depuis, ont suggéré que ce n’est pas seulement le moment du rapport sexuel qui influence le sexe du bébé, mais également les positions sexuelles adoptées pendant ce rapport sexuel.

    Selon Shettles, les meilleures positions sexuelles pour avoir une fille sont celles qui permettent une pénétration peu profonde. 

    Ce type de pénétration aurait plus de chance d’entraîner la naissance d’une petite fille, car les spermatozoïdes doivent survivre plus longtemps pour féconder l’ovule. Pour cela, ils doivent survivre dans l’environnement acide du vagin, ce qui s’avère plus facile pour les spermatozoïdes portant un chromosome X. 

    En se basant sur ces indications, les positions sexuelles en face-à-face sont idéales pour concevoir une petite fille. La meilleure option : la position classique du missionnaire. Une pénétration profonde (par exemple, en adoptant une position sexuelle permettant une pénétration par-derrière) permet aux spermatozoïdes portant un chromosome Y d’avoir plus de chance de féconder un ovule, car l’éjaculation a lieu plus près du col de l’utérus, soit dans un environnement moins acide que le vagin, mais aussi plus alcalin.

    Cependant, des recherches plus récentes ont réfuté les fondements de la théorie de Shettles. En 2020, en Corée du Sud, des scientifiques ont analysé des études sur les caractéristiques des spermatozoïdes mâles (chromosome Y) et femelles (chromosome X) en remontant jusqu’aux années 50. Ces scientifiques en ont conclu que la seule différence entre ces spermatozoïdes était le contenu de leur ADN. 

    En d’autres termes, il n’existe aucune preuve indiquant que les spermatozoïdes portant un chromosome X et ceux portant un chromosome Y ont une forme, une taille et une rapidité différentes, ou s’adaptent différemment au pH de leur environnement. Par conséquent, les positions sexuelles adoptées n’ont aucune conséquence sur le spermatozoïde qui féconde l’ovule. 

    Selon un mythe similaire, avoir un rapport sexuel où la partenaire de sexe féminin est au-dessus peut permettre d’augmenter les chances d’avoir une fille, car la profondeur de la pénétration est sous contrôle. Mais un autre mythe suggère qu’en adoptant cette position, il y a moins de chance de tomber enceinte, car la gravité joue contre vous. 

    Cependant, Dre Twogood souligne que les positions sexuelles n’ont absolument aucun impact sur la conception. « La gravité ne peut ni profiter aux spermatozoïdes ni les gêner », explique-t-elle. « Peu importe la position adoptée, lorsque les spermatozoïdes sont libérés dans le vagin, ils sont à proximité du col de l’utérus. En quelques minutes seulement, ils peuvent se déplacer du système reproducteur féminin vers les tubes utérins. »

    Positions sexuelles pour avoir une fille et autres mythes : les points à retenir

    Par conséquent, avoir des rapports sexuels dans des positions spécifiques augmente-t-il les chances de concevoir une fille ? En un mot : non.

    Certaines positions peuvent vous paraître plus agréables que d’autres, mais il n’existe aucune preuve indiquant que les positions sexuelles adoptées ont un impact sur le sexe du bébé.

    Des décennies de recherches n’ont également pas permis de démontrer que planifier les rapports sexuels à un certain moment influence le sexe du bébé. 

    En réalité, vous avez un peu plus de chances de concevoir un garçon (en raison du rapport des sexes à la naissance) et vous ne pouvez rien faire au moment de la conception pour déterminer le sexe de votre futur bébé. 

    Essayer de deviner le sexe de votre bébé, ses traits et sa personnalité avant sa naissance peut être très amusant. Finalement, tout cela n’est que le fruit du hasard.

    Références

    Newport, By Frank. “Slight Preference for Having Boy Children Persists in U.S.” Gallup.Com, 13 août 2021, news.gallup.com/poll/236513/slight-preference-having-boy-children-persists.aspx. Consulté le 17 novembre 2021.

    Rahman, Md Saidur, et Myung-Geol Pang. “New Biological Insights on X and Y Chromosome-Bearing Spermatozoa.” Frontiers in Cell and Developmental Biology, vol. 7, 2020. Crossref, doi:10.3389/fcell.2019.00388. Consulté le 17 novembre 2021.

    Hossain, Amjad M., et al. “Lack of Significant Morphological Differences Between Human X and Y Spermatozoa and Their Precursor Cells (Spermatids) Exposed to Different Prehybridization Treatments.” Journal of Andrology, www.readcube.com/articles/10.1002%2Fj.1939-4640.2001.tb02161.x. Consulté le 17 novembre 2021.

    Whelan, Elizabeth Murphy. “Human Sex Ratio as a Function of the Timing of Insemination within the Menstrual Cycle: A Review.” Social Biology, vol. 21, n° 4, 1974, p. 379–84. Crossref, doi:10.1080/19485565.1974.9988136. Consulté le 17 novembre 2021.

    Wilcox, Allen J., et al. “Timing of Sexual Intercourse in Relation to Ovulation — Effects on the Probability of Conception, Survival of the Pregnancy, and Sex of the Baby.” New England Journal of Medicine, vol. 333, n° 23, 1995, p. 1517–21. Crossref, doi:10.1056/nejm199512073332301. Consulté le 17 novembre 2021.

    Historique des mises à jour

    Version actuelle (07 décembre 2022)

    Révision médicale par Dre Amanda Kallen, Professeure associée de gynécologie obstétrique et d’endocrinologie de la reproduction, Yale University School of Medicine, Connecticut, États-Unis

    Publié le (21 décembre 2022)

    Dans cet article

      Essayer Flo app

      Sign up for our newsletter

      Our latest articles and news straight to your inbox.

      Thanks for signing up

      We're testing right now so not collecting email addresses, but hoping to add this feature very soon.