1. Votre cycle
  2. Santé
  3. Règles

Normes de vérification des faits de Flo

Tout le contenu de Flo Health respecte les normes éditoriales concernant l'exactitude des données de santé, la crédibilité des données et la mise à jour des informations. Pour savoir ce que nous faisons pour vous fournir les données les plus fiables sur la santé et le mode de vie, consultez nos principes de vérification du contenu.

Prendre la pilule pour réguler les règles : comment cela fonctionne

Aux États-Unis, plus de la moitié des femmes qui ont recours à la pilule contraceptive le font à des fins autres que la contraception, ou en complément de la contraception. Les professionnel de santé prescrivent souvent des contraceptifs hormonaux pour gérer les crampes menstruelles ou réguler les règles.
 
En collaboration avec le Conseil et Collège européen d'obstétrique et de gynécologie, examinons les preuves scientifiques visant à étayer ces utilisations de la contraception hormonale.

Que contient la pilule ?

Les pilules contraceptives se répartissent en deux types principaux : les contraceptifs oraux combinés (COC) et les pilules dites progestatives pures ou POP (aussi appelées minipilules). Les deux types contiennent des analogues synthétiques des hormones sexuelles féminines. Les COC contiennent à la fois des œstrogènes synthétiques et des formes synthétiques de progestérone (progestatifs), alors que les POP contiennent uniquement des progestatifs.

Les hormones sexuelles féminines influent sur le corps de différentes façons. C’est pourquoi, en plus de prévenir les grossesses non désirées, les contraceptifs oraux peuvent servir au traitement des déséquilibres hormonaux ou à l'atténuation des symptômes liés au cycle menstruel.

Régulation des règles

À strictement parler, si vous prenez des contraceptifs hormonaux, vous n'avez pas de règles. À la place, deux différents types de saignements semblables aux règles peuvent survenir.

Les saignements de privation sont fréquents chez celles qui utilisent des COC. Cela se produit lors de la pause normale entre deux plaquettes de pilules, lorsque vous arrêtez de prendre la pilule ou prenez des pilules placebo pendant 7 jours. Ce type de saignement est plus facile à contrôler. Il porte le nom de saignement de privation, car il est induit par l'absence d'hormones pendant la pause.

L'autre forme de saignement est appelée saignements intermenstruels. Ce nom s'explique par le fait qu'ils surviennent pendant la prise de la pilule. Ils apparaissent lorsque la résistance de la paroi interne de l'utérus n'est pas assurée par une quantité suffisante d'hormones. Elle commence alors à saigner.

Cependant, cela ne signale pas la présence d'un problème : il s'agit seulement d'un signe indiquant que l'endomètre doit s'adapter aux hormones.

Les saignements intermenstruels sont plus fréquents chez les utilisatrices de POP, car celle-ci est prise en continu et sans interruption. De par leur nature, ces saignements sont irréguliers, c'est pourquoi les POP ne sont pas le meilleur choix si vous voulez contrôler vos saignements. Des saignements intermenstruels peuvent aussi survenir si vous oubliez de prendre une pilule dite COC.

Si vos règles sont irrégulières, votre professionnel de santé peut vous prescrire des COC pour traiter ce problème. En libérant dans votre circulation sanguine les bonnes quantités des bonnes hormones au bon moment, ces pilules créent dans votre corps un « cycle contraceptif hormonal ». Cela est semblable à un cycle menstruel naturel, mais, chez certaines femmes, il peut être beaucoup plus régulier et prévisible.

D'un point de vue médical, le saignement de privation tous les 28 jours n'est pas aussi nécessaire que le suggèrent de nombreux schémas contraceptifs. En fait, il est possible de prendre des COC tous les jours en ménageant une courte pause tous les 3 mois, ou encore moins souvent. Les femmes qui font cela ont des saignements semblables aux règles 4 fois par an ou moins, à des dates prévues.

Gestion des douleurs menstruelles

Les crampes menstruelles douloureuses sont un autre problème auquel il est possible de remédier grâce aux contraceptifs oraux combinés. Pour comprendre comment cela fonctionne, vous devez savoir ce que sont les prostaglandines.

Ce mécanisme est important pour votre santé reproductive, mais lorsque les contractions sont intenses, elles peuvent être douloureuses. Les prostaglandines provoquent également la contraction des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne une pénurie d'oxygène dans les tissus et, par conséquent, des douleurs. Les contraceptifs oraux combinés agissent sur ces deux mécanismes. Ils apportent un soulagement en diminuant la quantité de prostaglandines produites dans l'utérus et donc, en réduisant l'intensité des contractions utérines.

Une information importante

Même si tous les contraceptifs hormonaux contiennent des hormones sexuelles synthétiques, leur action peut légèrement différer. Cela s'explique par le grand nombre de variantes de ces hormones synthétiques et par la différence de leur dosage entre les pilules d'une même plaquette (monophasique, biphasique, triphasique). 

Différentes combinaisons seront la meilleure option pour différents cas. C’est pourquoi il est important que le schéma thérapeutique soit prescrit par un professionnel de santé, afin que la pilule choisie réponde aux besoins et à la situation spécifiques de la patiente. Par exemple, une femme qui souffre de problèmes de peau comme l'acné ne se verra probablement pas prescrire le même contraceptif que celle qui souffre de sautes d'humeur au cours de sa phase prémenstruelle. 

Il en va de même pour les DIU hormonaux, les patchs, les injections, les anneaux vaginaux et les implants. Veuillez consulter un professionnel de santé pour déterminer la meilleure solution de contraception pour votre corps, surtout si vous souhaitez qu'elle soulage certains symptômes.

Conclusion

Certains contraceptifs oraux combinés sont approuvés pour la régulation des règles et la gestion des douleurs menstruelles. Ils peuvent diminuer l'intensité de vos crampes et vous aider à contrôler vos saignements menstruels. Mais avant tout, veillez à consulter votre professionnel de santé pour déterminer quelle pilule vous convient le mieux.

Contenu réalisé en association avec le Conseil et collège européen d'obstétrique et de gynécologie (EBCOG).

Lire la suite