Ressources documentaires
Ressources documentaires
Calculateurs
Calculateurs
À propos
À propos
    Flo à deux est disponible ! Découvrez pourquoi et comment l’utiliser

    Qu’est-ce que le squirting et comment l’atteindre ?

    Mis à jour le 03 mai 2023 |
    Publié le 18 mai 2023
    Fait vérifié
    Révision médicale par Dre Sameena Rahman, Gynécologue obstétricienne, professeure adjointe, Northwestern Feinberg School of Medicine, Illinois, États-Unis
    Normes de vérification des faits de Flo

    Tout le contenu de Flo Health respecte les normes éditoriales concernant lexactitude des données de santé, la crédibilité des données et la mise à jour des informations. Pour savoir ce que nous faisons pour vous fournir les données les plus fiables sur la santé et le mode de vie, consultez nos principes de vérification du contenu.

    Le squirting, c’est seulement dans les films pornos, n’est-ce pas ? Eh bien… non. Une spécialiste Flo vous explique tout : ce que c’est et ce que ça fait.

    Ce sujet étant très peu abordé en dehors du milieu pornographique, vous imaginez sûrement qu’il s’agit de la dernière frontière sexuelle qui vous sépare de l’orgasme ultime, non ? En effet, il y a peu de chances pour que vous ayez entendu parler de l’émission fontaine (c’est-à-dire la libération involontaire de liquide lors d’un rapport) pendant un cours d’éducation sexuelle. Votre questionnement est donc tout à fait légitime. D’ailleurs, tout ce que vous avez pu voir dans des pornos n’est certainement pas une bonne représentation de ce phénomène. 

    « Pour une question d’effet cinématographique, l’industrie pornographique exagère la quantité de liquide et la force à laquelle il est libéré pendant l’acte du squirt », explique Dre Brandye Wilson-Manigat, gynécologue obstétricienne et PDG de Brio Virtual Gynecology, en Californie. 

    Mais vous deviez vous en douter. Le porno en général ne représente pas de manière juste les rapports sexuels. Alors, si vous voulez en apprendre davantage sur ce qu’est le squirting, d’où il provient, et s’il existe vraiment, cet article est fait pour vous. Prenez note !

    Qu’est-ce que le squirt ? 

    Commençons par donner une définition. Pour cela, demandons à Dre Wilson-Manigat : « Pendant un rapport sexuel, plusieurs substances sont émises par la vulve. Le "squirting", ou émission fontaine en français, est un terme qui désigne l’écoulement de liquide incolore et inodore lors d’un rapport. »

    Maintenant que nous comprenons un peu mieux de quoi il s’agit, voyons pourquoi ce phénomène se produit. Sous l’effet de l’excitation ou de la stimulation, le rythme cardiaque s’accélère et l’afflux sanguin vers le vagin (ou plus précisément les parties internes de l’appareil sexuel) s’intensifie. Un liquide appelé la cyprine est expulsé à la surface des parois vaginales et on dit alors qu’on « mouille ». Même si tout cela est lié à l’excitation, il ne s’agit pas d’émission fontaine. 

    Pour que ça soit le cas, la quantité de liquide doit être bien plus grande que celle de la lubrification. D’après les descriptions, il s’agit plutôt d’une sensation de jaillissement (pas juste une impression de mouillé). Si vous en avez déjà fait l’expérience, vous saurez tout de suite la reconnaître. Certaines personnes peuvent squirter pendant l’orgasme tandis que d’autres n’ont pas besoin d’être en train de jouir. En fait, c’est l’excitation qui déclenche cette réaction. Il est possible de libérer 10 ml de liquide, voire plus. « Ce phénomène peut se produire avant l’orgasme ou même sans orgasme du tout », explique Dre Wilson-Manigat. « En réalité, il n’a rien à voir avec le type ou la qualité d’un orgasme. » 

    Ce n’est pas parce que vous avez été une femme fontaine par le passé que cela se reproduira. Il est même possible que cela n’arrive plus jamais, et c’est tout à fait normal. Ce qui compte, c’est que la confiance et l’épanouissement soient au rendez-vous lors de vos rapports sexuels. Consultez nos différents articles si vous vous posez des questions sur vos rapports, comme : faut-il s'inquiéter si je remarque des saignements après un rapport sexuel

    Est-ce la même chose que de l’urine ? 

    La seule fois où vous pourrez également ressentir ce jaillissement de liquide, c’est quand vous urinez. Il est donc facile de faire le rapprochement et de penser que le fluide libéré est en fait de l’urine. Scoop : ce sont deux choses bien différentes.

    La recherche médicale autour du squirt féminin, et du plaisir en général, atteint vite ses limites et les mythes autour de ce sujet perdurent. Toutefois, Dre Wilson-Manigat précise que « même si le liquide libéré contient de l’urine », ce n’est pas la même chose. 

    Une étude s’est intéressée à sept femmes avant et après qu’elles ont squirté. Bien que la vessie des participantes était pleine avant et vide après l’émission, l’analyse de la composition montre qu’il n’y avait pas que de l’urine, mais quelque chose qui s’en rapproche. En réalité, les équipes de recherche ont trouvé que, dans la majorité des cas, le liquide libéré par les femmes contenait de l’antigène spécifique de la prostate (PSA), une enzyme produite dans les glandes de Skene (nous en parlons plus en détail ci-dessous). Ce liquide se compose essentiellement d’eau et il a une forte concentration d’acide urique, d’urée, de créatinine et de sodium. 

    Une étude de 2022 a cherché à en savoir plus sur ce phénomène et est arrivée à la même conclusion. Un colorant bleu a été injecté dans la vessie des participantes et, à chaque fois, le liquide libéré était également bleu. On peut donc affirmer qu’il provenait de la vessie. Cependant, il contenait aussi du PSA, ce qui veut dire que le liquide provenait à la fois de la vessie et des glandes de Skene.

    Vous ne savez pas ce que c’est ? Pas de panique, de nombreuses personnes sont dans le même cas que vous. Voici un petit cours d’anatomie. Les glandes de Skene sont parfois appelées glandes para-urétrales ou « prostate féminine ». Situées de part et d’autre de l’urètre (le canal relié à la vessie qui permet d’uriner), elles sont composées d’un tissu semblable à celui du clitoris. D’ailleurs, elles sont très utiles ! Ces glandes relâchent des substances antimicrobiennes (comme le zinc, qui arrête la prolifération des bactéries) pour prévenir les infections des voies urinaires. 

    À quoi ça ressemble et qu’est-ce que ça fait ? 

    Si vous pensez n’avoir jamais squirté, vous avez sûrement envie de savoir ce que ça fait. Cependant, comme toute chose en rapport avec le sexe, il n’existe pas de sensation universelle. Les expériences sexuelles et les orgasmes diffèrent d’une personne à une autre et il en va de même pour le squirting. « Certaines femmes peuvent ressentir une plénitude jouissive et une libération lorsque les fluides s’écoulent », déclare Dre Wilson-Manigat. « Tandis que d’autres peuvent ne rien ressentir du tout et juste se retrouver avec des draps mouillés. »

    Les recherches montrent que parmi les personnes ayant déclaré avoir déjà squirté, 78,8 % d’entre elles affirment qu’il s’agissait d’une « expérience enrichissante dans leur vie sexuelle » et parmi les partenaires, 90 % partagent cet avis. En conclusion, cette expérience est plutôt positive. Toutefois, si votre corps n’y parvient pas, c’est tout à fait normal. En effet, vous faites partie de la majorité. Nous en parlons plus bas dans l’article.

    Est-ce normal ? Est-ce fréquent ? 

    Oui, ce phénomène est bel et bien normal. Est-il fréquent ? Cette question est plus complexe. « Nous ne connaissons pas vraiment la réponse. Notamment parce qu’il n’existe pas de consensus clair sur ce qu’est le liquide de l’émission fontaine et sa provenance », indique Dre Wilson-Manigat. Une étude a démontré que, parmi les femmes qui pouvaient squirter, la plupart d’entre elles ont déclaré le faire plusieurs fois par semaine. C’est donc plutôt fréquent chez elles. 

    Dre Wilson-Manigat affirme qu’il est difficile de déterminer à quel point ce phénomène est répandu ou non, car, jusqu’en 2011, les études publiées ne faisaient pas toujours la différence entre les fluides libérés lors d’un orgasme, et ce, malgré les nombreuses raisons qui peuvent expliquer la présence de ces fluides pendant les rapports. Voici les différents fluides :